Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 21 septembre, la CGT  appelle les salariéEs de tous les secteurs professionnels, dans tout le pays, à faire grève et à manifester contre les « ordonnances » Macron. Dans de nombreux départements, d’autres forces syndicales les ont rejointes. 

Réagir vite, car l’heure est grave.

A la sauvette, en quelques semaines, Macron et son gouvernement espèrent profiter de l’effet de surprise, pour achever la destruction du code du travail entamée par la « loi travail » en 2016. En utilisant la procédure anti démocratique des ordonnances, ils tentent d’éviter toute discussion publique, et toute mobilisation.

Les ordonnances Macron, c’est le projet du MEDEF : le retour au « patronat de droit divin », seul maître à bord face à des salariés sans droits. Dans chaque entreprise, l’employeur pourrait aisément modifier le contrat de travail, les règles de rémunération, d’embauche, de licenciement, les conditions de travail. Le contrat à durée indéterminée deviendrait l’exception, la représentation des salariés serait affaiblie, les licenciements grandement facilités. Le « choix » serait entre la précarité, au bon vouloir du patron…ou le chômage .

Dans le public et le privé, la santé et l’action sociale, nous sommes toutes et tous concernés.

Dans les cliniques et le secteur social privé, les conséquences des ordonnances seraient immédiates. Les employeurs ont déjà laminé les conventions collectives. Ils auraient désormais les mains totalement libres, dans chaque établissement, pour réduire les salaires, précariser les emplois, licencier, casser les droits syndicaux.

Macron et son gouvernement voudraient faire croire que les salariés du secteur public ne sont pas concernés. Il faudrait être bien naïf pour les croire.

Pendant sa campagne, Macron a ouvertement annoncé sa volonté d’instaurer « l’autonomie » des hôpitaux et établissements publics, c’est-à-dire de les faire fonctionner comme des établissements privés . Il n’a pas caché son souhait d’en finir avec le statut de la fonction publique qui impose partout les mêmes conditions d’embauche, de déroulement de carrière et de rémunération de conditions de travail. Dès aujourd’hui les attaques contre les droits et militantEs syndicaux se multiplient comme au CHU de Toulouse.

En réalité, le gouvernement veut commencer par casser les droits des salariés du secteur privé, pour ensuite au nom de « l’équité » imposer les mêmes reculs à ceux du public. Ne nous laissons pas diviser : public privé, nous sommes dans la même galère et c’est ensemble que nous devons nous mobiliser pour rejeter les ordonnances. Elles ne sont qu’un début !

Stopper l’offensive Macron, maintenant !

Alors qu’il exonère davantage les patrons de cotisations sociales et multiplie les cadeaux fiscaux aux plus riches, le pouvoir annonce

  • Un rabotage des Aides Personnalisées au Logement

  • La poursuite du gel du point d’indice des fonctionnaires (c’est-à-dire la poursuite du blocage des salaires dans la fonction publique)

  • Une « économie » de 15 milliards en 5 ans sur les dépenses d’Assurance Maladie : c’est-à-dire des budgets encore en baisse pour les établissements hospitaliers. Qui peut croire que les effectifs de personnel seront maintenus, si les établissements n’ont pas les moyens de payer leurs employés ?

  • L’augmentation de la CSG, avec pour conséquence une nouvelle baisse du pouvoir d’achat pour les fonctionnaires et les retraités

  • Une nouvelle réforme des retraites, sur le modèle suédois ou italien, qui ne garantirait plus le niveau des pensions d’une année sur l’autre et aboutirait à une baisse considérable des pensions.

  • Une réforme de l’assurance chômage, qui obligerait les chômeurs à accepter n’importe quel emploi précaire et mal payé et transformerait, de fait l’indemnisation du chômage en « RSA pour tous ».